News

COVID-19.info

Vulgarisation scientifique des avancées de la recherche sur la COVID-19

CoVac-1, un vaccin-candidat prometteur

Une des solutions face au SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19, se trouve du côté des vaccins induisant une immunité durable, notamment pour les populations à haut-risques de complications. Les vaccins actuellement disponibles entraînent une forte réponse anticorps neutralisants. Mais les lymphocytes T (LT) jouent également un rôle important dans la défense antivirale en détruisant les cellules infectées.

Le vaccin CoVac-1 est cependant différent des autres vaccins. Il a été pensé pour induire une forte réponse LT dirigée contre le SARS-CoV-2. Des chercheurs de l’université de Tübingen (Allemagne) ont réalisé une étude clinique de phase 1 afin d’évaluer la sûreté et l’efficacité de ce vaccin- candidat.

Pour cela, 36 participants âgés de 18 à 80 ans ont été recrutés et ont reçu une seule dose du vaccin CoVac-1. Ce vaccin-candidat est composé de nombreux antigènes des LT dérivés de différentes protéines du SARS-CoV-2. Les scientifiques ont tout d’abord testé sa sûreté en observant les effets secondaires jusqu’à 56 jours après la vaccination. La grande majorité des effets secondaires rapportés sont légers à modérés. Quelques effets indésirables plus marqués ont été signalés comme un érythème (rougeurs) au niveau du site d’injection, chez près de 20% des personnes, qui se résout en moyenne en 2 jours.

Les chercheurs ont ensuite analysé l’immunogénicité de ce vaccin, c’est-à-dire la réaction immunitaire qu’il déclenche. Chez tous les participants, on observe une stimulation locale des LT sans réaction inflammatoire généralisée et une réponse LT persistante pendant toute la durée de l’étude, c’est-à-dire jusqu’à 3 mois. Cette induction de LT anti-SARS-CoV-2 ressemble à celle observée lors d’une infection naturelle, mais d’une intensité beaucoup plus importante.

Ce vaccin pourrait être intéressant, notamment pour les patients ayant une immunité humorale limitée (celle des anticorps) et à hauts risques de formes graves de COVID-19, comme certains patients atteints de cancers. Des études sur une plus longue durée et un nombre plus important de participants sont en cours.

error: Content is protected !!