News

COVID-19.info

Popularization of research advances on COVID-19

The Johnson & Johnson vaccine is more effective after natural infection

Le vaccin de Johnson & Johnson est un vecteur adénoviral exprimant la protéine Spike de la souche ancestrale de Wuhan. Efficace à 85% contre les formes sévères et administré en une seule dose, il est intéressant pour les pays ayant des difficultés d’accès aux vaccins. On sait qu’une dose supplémentaire de vaccin à ARNm améliore l’efficacité de la réponse immune contre les variants préoccupants (Variants Of Concern, VOC). Cette question n’a pas été résolue pour le vaccin Johnson & Johnson.

Pour y répondre, des chercheurs sud-africains (Université de Cap Town) ont réalisé une étude. Il faut noter que l’Afrique du Sud avait subi une première vague avec le D416G au cours de l’été 2020, puis une seconde vague par le variant Bêta en novembre 2020. L’approche scientifique de ces chercheurs a consisté à observer des personnels soignants vaccinés par Johnson & Johnson et répartis en 3 groupes :

  • 20 n’ont jamais été infectés
  • 20 ont été infectés par le variant ancestral D416G
  • 20 par le variant Bêta/sud-africain

Les participants ont subi des prélèvements sérologiques.

Quelles ont été les principales observations ?

Un mois avant la vaccination, les 3 groupes montraient des niveaux équivalents d’anticorps anti-Spike (neutralisants ou non), qui reconnaissent le D416G ou le Bêta de manière équivalente.

Un mois après, les 2 groupes infectés montraient des niveaux 3 fois supérieurs. Les niveaux d’anticorps neutralisants étaient relativement faibles dans le groupe non-infecté, alors qu’ils sont augmentés de 12 à 13 fois dans les 2 groupes infectés. Dans le groupe non-infecté, les anticorps de seulement 15% des participants étaient capables de neutraliser Bêta et 22% Delta. La neutralisation croisée était très supérieure après infection. Le groupe infecté par D416G neutralise quand même moins efficacement Bêta et Delta que D416G, alors que le groupe infecté par Bêta neutralise indifféremment D416G et Bêta, mais l’efficacité est réduite de 6 fois contre Delta.

Avec une même amplitude, les groupes infectés montraient une meilleure réponse Fc effectrice contre D416G, Bêta et Delta (les cellules immunitaires reconnaissent les anticorps par leur « queue » non spécifique au pathogène). Contrairement à la réponse neutralisante, qu’elle soit induite par la seule vaccination ou non, la réponse Fc montre une réactivité croisée efficace contre les VOC Bêta et Delta.

Après vaccination, l’efficacité de la réponse cellulaire T est élevée et comparable dans les 3 groupes (sécrétion de IFNɣ, TNF⍺ et IL2). En revanche, l’induction des lymphocytes-T CD4 (TCD4) est plus importante pour le groupe non infecté (5,7 fois), puisqu’une réponse existait déjà dans les groupes infectés (1,5 pour D416G et 1,1 fois pour Bêta). L’induction des lymphocytes-T CD8 (TCD8) est significative et comparable dans les 3 groupes, mais moins importante que la réponse TCD4. La réponse TCD4 est préservée contre le variant Bêta et Delta dans les 3 groupes, alors que la réponse TCD8 chute de moitié face au Delta chez un tiers des patients.

La vaccination Johnson & Johnson faisant suite à une infection naturelle permet donc d’augmenter la réponse-anticorps protectrice (neutralisante et Fc effectrice) et croisée contre les VOC. Ce vaccin induit aussi une réponse cellulaire efficace et croisée même sans infection préalable. En revanche, le spectre de protection dépend de la souche à l’origine de l’infection puisque la neutralisation chute contre Delta si les individus ont d’abord été infectés par D416G ou Bêta. Ce constat est important pour les stratégies vaccinales en Afrique du Sud où 20 à 40% de la population est séropositive au SARS-CoV-2, mais aussi pour le design des vaccins de seconde génération (ciblant mieux les VOC) dans certaines régions spécifiques du globe.

error: Content is protected !!